Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Waddle

Jésus et les fausses doctrines ou les fausses réligions (Partie 1)

23 Novembre 2010 , Rédigé par Waddle Publié dans #Etudes et réflexions

Bonjour mes amis, je suis persuadé que vous êtes plutôt en forme aujourd'hui.
Moi ça va plutôt bien (pour ceux que ça intéresse).

 

Pour le sujet du jour, c'est un peu long, donc comme j'ai pitié de vous, je sépare en 2 parties pour que vous puissiez vous reposer.


Aujourd'hui, je voudrais discuter avec vous sur ce sujet qui me tient à cœur: la position de Jésus sur les fausses doctrines ou les fausses religions.

Je le dis parce que bien souvent, en discutant ici et là, j'entends parfois: "Jésus n'aurait jamais toléré l'Islam" ou "Jésus n'aurait jamais toléré le catholicisme" ou encore "Tout cela ce sont des doctrines du monde que Jésus n'aurait jamais accepté", etc...

 

Certains mouvements pensent même que, si Jésus revient, il détruira toutes les "fausses religions" comme le bouddhisme, l'Islam, le catholicisme (pour ceux qui pensent que cette religion n'est pas conforme à la parole de Dieu), et toutes les religions dont les principes ne sont pas conformes aux écritures.

 

Et souvent, on me dit même "Oui mais vous êtes de la nouvelle génération, des chrétiens "libéraux" qui n'êtes pas basés sur la parole de Dieu, qui séduisent et trompent les gens avec des fausses doctrines", etc...

 

Posons-nous donc la première question

 

Jésus conservateur, radical, ou libéral?

 

A votre avis, Jésus était-il un conservateur, un radical, un conservateur radical, ou un libéral?

Hein?

 

Beaucoup de gens répondent à cette question: "Jésus était un radical, regardez comment il s'est énervé au temple parce que la maison de Dieu était déshonorée". Et ils auront raison.

Simplement, essayons de voir envers quoi Jésus était radical, et surtout s'il était oui ou non libéral.

 

Prenons quelques exemples où Jésus s'est montré radical:

 

Lisons la bible dans Mathieu:

 

5.21 Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d'être puni par les juges.

 

5.22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d'être puni par les juges; que celui qui dira à son frère: Raca! mérite d'être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d'être puni par le feu de la géhenne.

 

Dans cet exemple, Jésus cite l'ancien testament qui dit que celui qui tue mérite la punition. Mais son discours est plus radical encore, car il dit que même celui qui se met seulement en colère contre son frère, doit être puni par les juges.

Donc ici, Jésus est effectivement radical, mais sur la façon dont il veut que nous traitions notre prochain. Il va plus loin que ce qui est écrit dans la loi juive de l'époque. D'ailleurs, c'est confirmé, dans la suite de Mathieu:

 

5.27 Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras point d'adultère.

5.28 Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.

5.29 Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

5.30 Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n'aille pas dans la géhenne.

5.31 Il a été dit: Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce.

5.32 Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère.

5.33 Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne te parjureras point, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment.

5.34 Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu;

5.35 ni par la terre, parce que c'est son marchepied; ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand roi.

5.36 Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu.

5.37 Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu'on y ajoute vient du malin.

5.38 Vous avez appris qu'il a été dit: œil pour œil, et dent pour dent.

5.39 Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre.

 


Dans ce passage magistral du Seigneur, on voit la même chose que précédemment. Jésus cite un commandement de la loi de Moïse, et il donne SA position qui est plus radicale que celle de Moïse, mais dans le sens du pardon, du respect du prochain, de l'amour du prochain. Donc il est radical par rapport à l'amour du prochain, mais libéral par rapport à la "parole de Dieu" (via Moïse) avec laquelle il prend des distances.

 

D'ailleurs, au verset 38, notez le "Vous avez appris qu'IL a été dit...", et ensuite: "MAIS MOI JE VOUS DIS"...

Le fameux "Il a été dit", c'est bel et bien Moïse qui l'a dit, et c'était consigné dans la parole de Dieu, à plusieurs reprises.
Mais pourtant, Jésus dit "MAIS MOI JE VOUS DIS"... Donc Jésus prend clairement ses distances avec la parole, et radicalise ce message dans le sens de l'amour.

Moïse demande d'appliquer la loi du Tallion, Jésus exige de ne pas résister au méchant...

Analysons une autre situation où Jésus a été confronté aux défenseurs de la loi ancienne, les pharisiens.

 

Mathieu:

 

12.1 En ce temps-là, Jésus traversa des champs de blé un jour de sabbat. Ses disciples, qui avaient faim, se mirent à arracher des épis et à manger.

12.2 Les pharisiens, voyant cela, lui dirent: Voici, tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire pendant le sabbat.

12.3 Mais Jésus leur répondit: N'avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui;

12.4 comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu'il ne lui était pas permis de manger, non plus qu'à ceux qui étaient avec lui, et qui étaient réservés aux sacrificateurs seuls?

12.5 Ou, n'avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les sacrificateurs violent le sabbat dans le temple, sans se rendre coupables?

12.6 Or, je vous le dis, il y a ici quelque chose de plus grand que le temple.

12.7 Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices(*),vous n'auriez pas condamné des innocents.

12.8 Car le Fils de l'homme est maître du sabbat.

 

(*) Etude spécifique sur cette phrase ici:  "Je veux la miséricorde et non les sacrifices"

 

 

Ici, les pharisiens disent que Jésus fait ce qui n'est pas permis, à savoir, faire quelque ouvrage le jour du sabbat (on le voit se balader avec ses disciples, jusqu'à prendre du blé et manger avec eux).

Et ces pharisiens, ils ne se basent pas sur rien. Ils se basent bel et bien sur la bible, la loi de Moïse.
Voici 2 passages pour nous en convaincre:


Exode:

 

35.2  On travaillera six jours; mais le septième jour sera pour vous une chose sainte; c'est le sabbat, le jour du repos, consacré à l'Éternel. Celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera puni de mort.

 


Nombres:

 

15.31 Il a méprisé la parole de l'Éternel, et il a violé son commandement: celui-là sera retranché, il portera la peine de son iniquité.

15.32 Comme les enfants d'Israël étaient dans le désert, on trouva un homme qui ramassait du bois le jour du sabbat.

15.33 Ceux qui l'avaient trouvé ramassant du bois l'amenèrent à Moïse, à Aaron, et à toute l'assemblée.

15.34 On le mit en prison, car ce qu'on devait lui faire n'avait pas été déclaré.

15.35  L'Éternel dit à Moïse: Cet homme sera puni de mort, toute l'assemblée le lapidera hors du camp.

15.36 Toute l'assemblée le fit sortir du camp et le lapida, et il mourut, comme l'Éternel l'avait ordonné à Moïse.

 


Dans ces 2 passages, on voit que dans la loi (l'Ancien testament), Dieu demandait en effet de ne faire aucun ouvrage le jour du sabbat (1er passage), et qu'on a un exemple d'un homme, dont "Dieu" a demandé la mort, parce qu'il ramassait du bois le jour du sabbat.

Donc si on se fie à tout ça, on ne peut que dire que les pharisiens ont raison (du point de vue de la loi de Dieu en tout cas). Et pourtant, Jésus s'oppose à eux et dit une phrase que j'aime beaucoup: "Je veux la miséricorde et pas les sacrifices". Encore une fois, Jésus s'oppose à la loi écrite, pour aller dans le sens de l'amour.

Car pour lui, même s'il ne remet pas en cause le sabbat, il met d'abord en avant l'amour et la miséricorde. Partant de là, il est hors de question de condamner des innocents parce qu'ils marchent le jour du sabbat, et surtout, parce qu'ils mangent alors qu'ils ont faim.

D'ailleurs, si Jésus a fait cela de son temps, pensez-vous qu'il aurait validé la condamnation du pauvre homme qui est mort parce qu'il ramassait du bois à l'époque? Petite colle...

 

 

La suite ici: Jésus et les fausses doctrines ou les fausses réligions (Partie 2)

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

antonio barata 22/03/2011 18:53



Bonjour les amis


 Cela fait un moment que je ne suis pas vous dire bonjour, eh bien voilà c'est fait


soyons disciples de JESUS et non avec des idées préconçues suivons JESUS et essayons de changer notre comprtement vis à vis des autres ne jugeons pas parce que notre interlocuteur est musulman ou
d'un autre religion JESUS lui n'a jamais jugé il avait horreur des gens qui transformaient les écritures à leur avantage, alors si nous voulons suivre la parole  arrêtons d'écouter les
prophéties, de  faux prophètes (lisez  DEUT 18-2O-21) et surtout essayons de changer nous même avant de vouloir changer le monde donnons l'image du Chrétien.


Aujourdh'ui on assiste à n'importe quoi alors remettons-nous avec notre SEIGNEUR car il est bon il est notre créateur et il nous protège.


Je dois vous laisser QUE LE SEIGNEUR VOUS ACCOMPAGNE LE JOUR COMME LA


NUIT