Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Waddle

"Je veux la miséricorde et non les sacrifices"

13 Avril 2010 , Rédigé par Waddle Publié dans #Etudes et réflexions

Bonjour bien aimés, j'espère que vous allez tous bien et que vous êtes en forme aujourd'hui.

 

Aujourd'hui justement, je voulais partager avec vous cet "enseignement" de Jésus.

Je met "enseignement" entre guillemets, parce qu'en réalité, c'est un enseignement qu'il a résumé en une phrase, mais qui est riche de sens.

 

J'ai constaté que beaucoup de chrétiens (moi y compris) se disent (consciemment ou inconsciemment) que nous serons plus appréciés de Dieu si nous faisons plus de "sacrifices".

 

Dans "sacrifices", cela peut être beaucoup de choses: offrandes, dîmes, jeûnes, longues prières, pénitences, flagellation, etc...


En gros, toutes ces choses que nous faisons ou pensons faire "pour Dieu".

Nul doute que Dieu apprécie (surtout lorsque c'est fait avec un coeur sincère), mais en lisant 2 paroles de Jésus, j'ai pu comprendre que ce qui est prioritaire pour lui (donc pour Dieu), c'est que nous exercions la miséricorde.

 

Lisons Mathieu 9:

 

9.10 Comme Jésus était à table dans la maison, voici, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et avec ses disciples.
9.11 Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples: Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie?
9.12 Ce que Jésus ayant entendu, il dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.
9.13 Allez, et apprenez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

 

Ici, Jésus cite un passage de l'ancien testament (Osée 6.6) en expliquant que la miséricorde vaut mieux que les sacrifices.

 

Il donnait ainsi une leçon aux pharisiens qui croyaient que, pour faire plaisir à Dieu, il fallait être irréprochable, se tenir à l'écart des "gens de mauvaise vie".

 

Jésus fait comprendre que ce n'est pas cela qui compte.

 

 

Un peu plus loin dans Mathieu, Jésus recommence:

 

Mathieu 12:

 

12.1 En ce temps-là, Jésus traversa des champs de blé un jour de sabbat. Ses disciples, qui avaient faim, se mirent à arracher des épis et à manger.
12.2 Les pharisiens, voyant cela, lui dirent: Voici, tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire pendant le sabbat.
12.3 Mais Jésus leur répondit: N'avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui;

12.4 comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu'il ne lui était pas permis de manger, non plus qu'à ceux qui étaient avec lui, et qui étaient réservés aux sacrificateurs seuls?

12.5 Ou, n'avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les sacrificateurs violent le sabbat dans le temple, sans se rendre coupables?

12.6 Or, je vous le dis, il y a ici quelque chose de plus grand que le temple.

12.7 Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n'auriez pas condamné des innocents.

Dans ce passage qui ressemble un peu aux précedénts, les pharisiens accusent les disciples de Jésus de faire ce qui n'est pas permis pendant le sabbat. En gros, de désobéir à Dieu. En effet, il était interdit par la loi mosaïque d'avoir une activité quelconque le jour du sabbat (en dehors de la prière) et le fait d'aller chercher des épis dans un champ pour manger était donc assimilable à une activité.

Jésus cite à nouveau le passage ici: Je prends plaisir à la miséricorde et non aux sacrifices.

 

Jésus fait comprendre ici clairement qu'il ne faut pas croire que l'on fait plaisir à Dieu en lui obéissant, si cette obéissance nous entraîne à manquer de miséricorde envers notre prochain.

 

Et ce message, Jésus l'a donné plusieurs fois de différentes manières.

Par exemple, il explique que, même si on a prévu une offrande pour Dieu, si on a un différent avec un frère, vaut mieux faire attendre l'offrande et aller régler le différend avec notre frère:

 

Mathieu 5:


5.23
Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi,

5.24 laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande.

Et pourtant, on aurait pu croire que l'offrande était prioritaire, étant donné que c'est un cadeau pour el Seigneur!

 

 

images-copie-5.jpg

 


Dans le même style:

 

Mathieu 15:

15.3 Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition?
15.4 Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.
15.5 Mais vous, vous dites: Celui qui dira à son père ou à sa mère: Ce dont j'aurais pu t'assister est une offrande à Dieu, n'est pas tenu d'honorer son père ou sa mère.
15.6 Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.
15.7 Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit:
15.8 Ce peuple m'honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi.


Jésus dénonce quelque chose ici qui est malheureusement très courant dans les églises de réveil. Sur la partie que j'ai soulignée, il parle de ceux qui préfèrent faire des "offrandes à Dieu" plutôt que d'assister leurs parents. Les parents peuvent même être généralisés aux nécéssiteux, pauvres, etc...

Nous voyons des personnes qui font toutes sortes de sacrifices "pour Dieu" et qui ne sont pas capables de le faire pour ceux qui en ont réellement besoin.

Jésus n'est-il pas entrain de dire que c'est de "l'hypocrisie"? (verset 7)

Je pense donc que nous devons examiner notre chemin au travers de ces paroles. Regarder si parfois, nous n'avons pas cru "aider Dieu" au détriment de notre prochain. Si nous n'avons pas condamné injustement des gens comme les pharisiens, au lieu de faire preuve de miséricorde.

Souvent, nous sommes capables de faire des heures entières de prières, des semaines de jeûnes, des pénitence, des chemins de croix, des pélerinages, mais parfois incapables de donner un sou à un mendiant en bas de chez nous. Parfois incapables d'apporter la paix autour de nous, parfois incapable de donner un peu d'amour à ceux qui en réclament autour de nous.

"Je veux la miséricorde et non les sacrifices" explique le Seigneur.

Dans la croyance chrétienne, le sacrifice ultime a été exécuté en Jésus-Christ, lorsqu'il a accepté d'aller à la croix pour l'humanité. Même s'il est bon d'honorer Dieu par nos prières, jêunes, offrandes, etc..., ce qu'il attend désormais de nous, c'est de répandre la lumière et la grâce qu'il nous a donné, en répandant la miséricorde partout où nous passons.

Aimer Dieu et aimer son prochain, c'est un seul et même commandement.

Il est bon de s'acquitter de tous ses devoirs, mais LE PLUS IMPORTANT, c'est vraiment l'état de notre coeur envers notre prochain, qui réflète en réalité l'état de notre coeur pour Dieu.

Qui mieux que le Seigneur peut conclure:


Mathieu 23.23 :

Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité: c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses.


Que Dieu nous bénisse!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Da Silva Melo 20/09/2014 20:19

Mon coeur me dit que c'est effectivement là l'essentiel aux yeux de Dieu ! La parole ne dit elle pas en Corinthien que Dieu qui t'inspire te benisse mon frère, dans le beau nom de Jésus, amen

Waddle 20/09/2014 21:09

Merci frère! A bientôt, que Dieu te bénisse.

Guillaume 05/04/2014 09:04

Bonjour Waddle,

J'ai apprécié lire votre article sur un sujet important :)

Je voulais quand même réagir sur la fin de l'article même si je suis d'accord avec le reste.
Vous dites "Aimer Dieu et aimer son prochain, c'est un seul et même commandement." La parole de Dieu précise que ce n'est pas le cas :
Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?
Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.
C'est le premier et le plus grand commandement.
Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

C'est dangereux de dire que c'est un seul commandement car on pourrait croire finalement que l'être humain va exercer sa propre miséricorde envers qui bon lui semble. Et pourtant Dieu nous demande de fixer nos regards sur Lui, sur la personne de Jésus, pour qu'Il puisse ensuite nous envoyer vers les personnes qui ont besoin de son secours.

Que Dieu vous bénisse.

Waddle 07/04/2014 13:33

Bonjour Guillaume,

Merci du commentaire.

Quand j'écris qu'en fait, il s'agit d'un seul et unique commandement, c'est que j'ai l'intime conviction que l'amour du prochain ne va pas sans l'amour de Dieu, et que l'amour de Dieu ne va pas sans l'amour du prochain.

Les passages sont nombreux où Jésus fait comprendre qu'en réalité, la connaissance et l'amour pour Dieu se matérialise en réalité dans notre coeur et produit de l'amour pour le prochain.

Mathieu 25, à patir du verset 31 en est un bon exemple: des hommes étaient entrain de servir Dieu, sans même le savoir. Comment? En priant? En jeunant? En tournant les regards vers Dieu? Non, en appliquant la miséricorde envers le prochain. Et ce faisant, sans le savoir, ils étaient entrain de servir Dieu.

Que Dieu te bénisse.

Waddle 17/08/2012 09:59


Je t'en prie Raissa, tout le plaisir est pour moi, et merci pour ta prière.

Que Dieu te bénisse.

Raissa 16/08/2012 18:55


Merci pour cette page. Que Dieu nous garde dans sa lumière de douceur et de bonté, car les forces qui tendent a recerrer nos coeurs et a fermer nos yeux sont fortes ici bas. Amen

Valère 10/04/2012 08:40


Amen mon frère

ANNE 11/12/2011 17:46


JE M `EXCUSE MAIS JE PENSAIS CONNECTER AVEC TES PENSÉES ET LA PAROLE, MAIS JE ME SUIS APPERCUE EN LISANT TA RÉFLEXION  SUR LA FORNICATION , QUE JE ME
SUIS TROMPÉE. JE CROIS VRAIMENT QUE L`ABANDON DE PRATIQUES ILLICITES DANS LA VIE D `UN CHRÉTIEN EST IMPÉRATIF.JE T`ENCOURAGE FORTEMENT À JASER DE CE SUJET AVEC rdube@cegepth.qc.ca  qui a écrit un super document conforme à la PAROLE DE DIEU ET QUI MALHEUREUSEMENT NE TE PLAIRA CERTAINEMENT PAS.SI TU RELÈVE LE DÉFI DE
TE LAISSER INTERPELLER PAR LES ÉCRITURE, VAS-Y.  LA FORNICATION ET L ADULTERE SONT DES SUJETS VIEUX COMME LE MONDE ET COMME LE DIT L ECCLÉSIASTE :IL N `Y A RIEN DE NOUVEAU SOUS LE
SOLEIL.

Le blog de Waddle 12/12/2011 12:13



Re-Bonjour Anne,


Je pense que tu n'as pas vraiment lu l'article, et tu t'es arrêtée seulement à la conclusion. Je ne me suis pas levé un beau matin pour décider que la fornication n'était pas un problème.

J'ai simplement analysé dans la bible, ce qui est considéré comem fornication et en quoi c'était considéré comme un péché.


Tu retombes dans les mêmes pièges que tu as dénoncé toi même en croyant qu'un bon enfant de Dieu est quelqu'un qui respecte une liste d'interdits et de commandements.


N'est ce pas?


Ce qui intéresse Dieu, c'est tout d'abord le coeur du croyant. Tu es d'accord avec ça?


Ensuite, pour ce qui est de la parole, toute parole, même si elle est dans la bible, est toujours à prendre dans le contexte.


Paul par exemple a dit que les femmes doivent se voiler quand elles prient. Tu te voiles quand tu pries?

Moïse a dit que manger du porc était une abomination pour l'Eternel, aujourd'hui, tu te prives de porc?


Paul a dit que les femmes ne doivent pas enseigner, et doivent se taire dans les assemblées. Selon toi, toute femme qui parle dans une assemblée aujourd'hui est-elle dans le péché?


Ce n'est pas parce que le sexe est un tabou dans notre société qu'il ne faut pas avoir le courage de l'étudier de façon neutre.


Pour finir, juste 2 questions pour te faire réfléchir:


1/ Jésus a t'il déjà mentionné la fornication dans tous ses messages?


2/ Quand il a rencontré la samaritaine à qui il a fait comprendre qu'elle vivait avec un homme sans être marié, lui a t'il fait une remarqué sur son statut de fornicatrice, ou sur la
fornication en général?


Que Dieu te bénisse Anne.