Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Waddle

"Donnez et il vous sera donné"

29 Novembre 2010 , Rédigé par Waddle Publié dans #Etudes et réflexions

Bonjour mes amis, bonjour mes frères, bonjour tout le monde.

J'espère que tout se déroule bien pour vous. Et si ce n'est pas le cas, j'espère que ça ira mieux demain.

 


Aujourd'hui, je m'intéresse à cette leçon de Jésus: "Donnez et il vous sera donné".

 

Cette parole de Jésus est consignée dans le livre de Luc:

 

 

6.30 Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s'en empare.
6.31 Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux.
6.32 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment.
6.33 Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même.
6.34 Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille.
6.35 Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants.
6.36 Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.
6.37 Ne jugez point, et vous ne serez point jugés; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés; absolvez, et vous serez absous.
6.38 Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

Ces passages raisonnent en moi, car ce sont des formidables leçons de vie, des formidables enseignements. D'ailleurs, nous connaissons en général les principes dégagés par ces paroles de Jésus mais est-ce-que nous y prenons attention souvent?

 

Jésus nous demande de donner à quiconque nous demande et aussi de ne pas réclamer notre bien à celui qui s'en empare. Il insiste également sur le fait de faire du bien et de prêter, surtout à ceux dont on espère rien, à ceux qui ne peuvent pas nous rendre!

 

Est-ce que nous pensons souvent à appliquer cette maxime?

 

Lorsque nous avons plusieurs amis, dont certains sont peut-être moins bien lottis financièrement que d'autres, n'avons-nous pas tendance parfois, lorsqu'on nous sollicite, à accorder plus d'attention à ceux qui sont mieux lottis (alors que justement, ils sont moins dans le besoin)?

 

J'y pense souvent quand je me retrouve dans certaines situations. Et je suis sur que vous vous y retrouverez.

Ne vous est-il jamais arrivé par exemple, de passer une journée en rencontrant des mendiants, des SDF, des nécessiteux, sans rien leur donner, et puis, le soir, donner 5 euros à un ami qui vous les demande pour aller acheter un paquet de cigarettes?

 

Ne vous est-il pas arrivé, de compter des centimes pour donner au mendiant devant vous, pour, l'après midi même, donner 10 euros pour le pot de départ d'un collègue du boulot qui gagne 4000 euros par mois?

 

Moi si. Et je suis sûr que cela vous est déjà arrivé, ou alors des choses similaires.

 

Quelques fois chez moi, pour des anniversaires ou des occasions diverses, il nous arrivent de faire à manger, d'inviter de nombreux amis, et de les laisser repartir avec de grands paquets de bouffes, parmi les restes qu'on n'aura pas pu terminer. Ceci est une très bonne chose. Mais un jour, j'ai réalisé que je n'avais jamais, de ma vie, préparé un paquet de bouffe, pour les personnes dans la rue, qui mendiaient avec une pancarte "J'ai faim svp". Et pourtant, ce sont bel et bien eux, et non mes amis, qui ont réellement besoin de manger.

 

A bien y repenser, est-ce vraiment complètement logique et juste?

 

Il est clair que non. Il est vrai que c'est dans les normes, et que c'est nécessaire, pour avoir une image correcte auprès de notre entourage, mais justement, cela nous fait oublier parfois qu'en réalité, dans ce type de situations, inconsciemment, nous nous soucions en réalité de notre image que d'autre chose.

 

C'est pourquoi, je m'efforce, de tout mon coeur, à faire du bien à ceux que je rencontre dans la rue. A ceux qui ne pourront jamais me le rendre. A ceux dont je n'espère rien (à part un sourire qui me fera certainement chaud au coeur). Et ceux là, je constate que, à force de les voir, à force d'en voir, nous les effaçons souvent de notre tête. Nous les regardons sans les voir. Et pourtant, ils ont besoin de nous.

 

Comme Jésus le dit, si nous aidons seulement nos proches et nos amis, alors, nous ne sommes pas différents des "méchants". Car eux aussi font de même. Et si nous croyons suivre le Seigneur et être dignes de lui, toujours nous devons être au-dessus. Toujours nous devons faire plus.

 

Lorsqu'on fait toujours appel à vous pour vous demander un service et qu'on ne le demande pas à votre frère, ne vous dites pas "Pourquoi toujours moi au lieu de mon frère", mais dites vous plutôt: "C'est magnifique, parce que la personne est entrain de me dire qu'elle pense que je suis plus serviable que mon frère". Et il ne peut y avoir de plus beau compliment.

 

Au verset 35, Jésus dit: "Vous serez appelé Fils du Très Haut". Peut-il avoir plus beau compliment?

 

Souvent, j'entends des gens qui disent "Ils me prennent pour un con parce que je dis toujours oui". Mais ils ne devraient pas. Au contraire, ils devraient être heureux d'un si beau compliment. D'être celui qui correspond le plus à ce que Jésus demande.

 

Avez-vous déjà reçu de l'aide d'une personne complètement inattendue, dans une situation inespérée? Je suis sûr que oui. Alors pourquoi ne pas travailler dans sa vie, à être cette personne qui aide les autres, de façon inattendue et inespérée?

 

Parfois, quand je donne une pièce de 1 euro à un mendiant, j'ai honte. Non seulement parce que je peux donner beaucoup plus, mais parce que j'ai l'impression de me servir de lui pour me convaincre que j'ai accompli une bonne action. Car en réalité, en lui donnant cela, je ne lui ai rien donné (par rapport à mes moyens), mais je me suis servi.

 

C'est pourquoi, je voulais partager avec vous ce petit message, à travers ces paroles de Jésus. "Donnez et il vous sera donné". Par là, Jésus ne voulait pas forcément dire que des gens vous donneront également. Mais que Dieu étant juste, vous recevrez toujours la juste récompense de ce que vous avez fait. Que ce soit ici ou dans l'au-delà.

 

Soyons donc ces personnes sur qui on peut compter de façon inespérée, soyons ces personnes qui font briller les yeux des autres, soyons ces personnes qui donnent sans rien attendre en retour, surtout à des gens qui ne pourront pas nous le rendre, soyons différents des autres afin d'être appelés "Fils du Très Haut".

 

Soyons ces personnes qui, parfois décident de faire de grandes surprises à nos amis, et parfois, décident de faire de grandes surprises à des inconnus qui sont dans le besoin.

 

Donnons donc, et nous reçevrons, car le Seigneur ne ment jamais, et n'oublions pas que la valeur d'un homme ne se mesure pas à ce qu'il a, mais à ce qu'il fait et aussi à ce qu'il donne. Car toutes ces choses que nous gardons pour nous ou pour ceux qui n'en ont pas besoin, nous laisserons tout cela quand nous partirons...

 

Que Dieu vous bénisse tous, et à bientôt.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bazile C 18/02/2017 12:40

Bonjour Monsieur Waddle, je vous remercie d'avoir partagé avec nous cet article.
Cependant Monsieur, vous avez écrit cette phrase qui m'interpelle: ""Pourquoi toujours moi au lieu de mon frère", mais dites vous plutôt: "C'est magnifique, parce que la personne est entrain de me dire qu'elle pense que je suis plus serviable que mon frère".
Je ne suis pas d'accord avec cette phrase pour une raison. J'ai peur que raisonner ainsi face gonfler l'égo.

Hervé-P 24/09/2012 10:19


— Je vais jouer les "rabat-joie", une fois de plus...


— Pourquoi, dans ton article, mêles-tu "argent" et "dons" ? Est-il parlé dans la Bible de faire des dons en argent ? Voyons donc quelques passages :


1 Corinthiens 16, 2-3 : «C’est que chaque premier jour de la semaine, chacun de vous mette à part chez soi, ce qu’il pourra assembler suivant la
prospérité que Dieu lui accordera, afin que lorsque je viendrai, les collectes ne soient point à faire. Puis quand je serai arrivé, j’enverrai ceux que vous approuverez par vos Lettres
pour porter votre libéralité à Jérusalem.»


1 Timothée 6, 18 : «Qu’ils fassent du bien; qu’ils soient riches en bonnes oeuvres; qu’ils soient prompts à donner, libéraux.»


Hébreux 13, 16 : «Or n’oubliez pas la bénéficence et de faire part de vos biens; car Dieu prend plaisir à de tels
sacrifices.»


— Et surtout ce passsage, qu'on oublie un peu trop souvent :


2 Corinthiens 8, 10-15 : «Et en cela je vous donne cet avis, parce qu’il vous est convenable, qu’ayant non seulement déjà commencé d’agir pour cette Collecte,
mais en ayant même eu la volonté dès l’année passée; Vous acheviez maintenant de la faire; afin que comme vous avez été prompts à en avoir la volonté; vous l’accomplissiez aussi selon votre
pouvoir. Car si la promptitude de la volonté précède, on est agréable selon ce qu’on a, et non point selon ce qu’on n’a pas. Or
ce n’est pas afin que les autres soient soulagés, et que vous soyez foulés; mais afin que ce soit par égalité. Que votre abondance donc supplée maintenant à leur indigence, afin que leur
abondance serve aussi à votre indigence, et qu’ainsi il y ait de l’égalité. Selon ce qui est écrit: celui qui avait beaucoup, n’a rien eu de superflu; et celui qui avait peu, n’en a pas eu
moins.»


— Ce qui nous aide à mieux comprendre ce passage :


Luc 15, 8-10 : «Ou qui est la femme qui ayant dix drachmes, si elle perd une drachme, n’allume la chandelle, et ne balaye la maison, et ne la cherche
diligemment, jusqu’à ce qu’elle l’ait trouvée; Et qui après l’avoir trouvé, n’appelle ses amis et ses voisines, en leur disant: réjouissez-vous avec moi; car j’ai trouvé la drachme que
j’avais perdue? Ainsi je vous dis qu’il y a de la joie devant les Anges de Dieu pour un seul pécheur qui vient à se repentir.»


— L'argent ne nous appartient pas :


Matthieu 22, 19-21 : «Montrez-moi la monnaie de tribut; et ils lui présentèrent un denier. Et il leur dit: de qui est cette image, et cette
inscription? Ils lui répondirent: de César. Alors il leur dit: rendez donc à César les choses qui sont à César, et à Dieu, celles qui sont à Dieu.»


— Alors, faire des dons de ce qui ne nous appartient pas (Vous a-t-on demandé votre avis quand on a changé de monnaie pour l'euro ?), non merci ! Je préfère me donner moi-même !


— Sincères amitiés fraternelles et toutes bénédictions en Jésus-Christ !
_________________
Au Nom du Seigneur Jésus-Christ !
POUGET Hervé - SDnR (Sans dénomination ni religions)
«Certes si je complaisais encore aux hommes, je ne serais pas le serviteur de
Christ.»

Le blog de Waddle 25/09/2012 21:26



Bonjour Hervé, je n'ai pas trop compris où tu voulais en venir ici...



Le_Mythe 15/12/2010 09:19



Je suis véritablement ravi de lire un tel sujet, rappelant les principes élémentaires de la vie. Jésus n'aurait pas existé, que ces principes devraient néanmoins être appliqués. 


Tous nous connaissons ces paroles, tous nous ne parvenons pas toujours à les appliquer. C'est important de le rappeler, pour ma part, j'espère pouvoir changer ma conception de la vie, à partir de
principes que je connais, sans toutefois les appliquer.


Merci! Que Dieu nous aide tous!



Daniel 30/11/2010 21:39



Mr Waddle, je ne trouve plus votre sujet qui déclare que Matthieu aurait fait heureux en citant le prophète Esaïe 7.4 et Osée 11.1, déclarant que cela s'est accompli
au travers de Jésus le Christ.


Pouvez-vous m'indiquer le lien ?


Merci .



Waddle 30/11/2010 22:01



Bonsoir Daniel.

Voici le lien:


http://waddle-chretien.over-blog.com/article-etude-de-l-utiliref-57423288.html



DiDDy 30/11/2010 17:05



Tr bel article. Je vais le conserver --- gspr que tu ne vas pas m'emmener en justice hein. Il va droit au coeur, surtout avec les exemples que tu as donnes. Le fait de refuser au mendiant pour
aller depenser sur qqch sans valeur... Aie. Voir les choses sous cette perspective aide vraiment.


 



Waddle 30/11/2010 20:16



Merci Diddy, merci.

Parce que c'est toi, je ne t'emmène pas en justice.


Que Dieu te bénisse.



Waddle 30/11/2010 14:44



Hello Natachou,


Merci pour ton message. Tu vois que quand tu veux, tu arrives à mettre un commentaire



A bientôt, bonne semaine.



Natachou 30/11/2010 14:30



Merci cher frère , pour ces rappels !!


Je trouve ton article oh combien pertinent .


En effet , il ne faut pas oublier que c'est par grace que Yahvé JIRE nous a eloigné du besoin , on ne l'a pas merité .


De meme , il ne faut pas qu'on oublie de donner aussi en retour , sans rien attendre .


Que DIEU te comble


Bonne semaine



Waddle 29/11/2010 19:17



Hello Franceen, quand je dis que le Seigneur ne ment jamais, je ne parlais pas vraiment de reçevoir en retour, dans un sens matériel.

Je parle comme tu l'as dit, de toute la joie qu'il y a dans le fait de donner, d'être généreux, d'être utile, de procurer de la lumière là où il y a des ténèbres, et de la joie là ou il y a de la
tristesse.



Celui qui donne en espérant un retour du même type, en réalité, il ne donne pas: Il investit.



Que Dieu te garde.



Franceen 29/11/2010 18:15



Bel article sur le fait donner


Ta conclusion en rouge là : "donnons donc et nous recevrons car le Seigneur ne ment jamais..." Si tu donnes parce qu'aussi tu attends des choses en retour, la déception sera à la clé. Donner,
n'est pas un acte facile, si on voudrait s'exercer à donner, vaudrait mieux partir sur le point qu'on aura rien en retour de la personne à qui on donne. Donner librement parce qu'on peut, parce
qu'on a envie de le faire.


Si on veut donner, vaudrait mieux ne pas se poser des questions : est ce mon ami ? En a t'il besoin plus que le mendiant ? Il faut  donner sans même chercher à savoir ce que l'autre voudrait
faire  ou qui en a besoin plus que l'autre parce qu'en réalité ton ami dont tu penses ne pas etre dans le grand besoin par rapport au mendiant pourrait bien mourrir parce que tu ne lui a pas
donné les un euro qu'il te demandait parce que tu as priviligié le mendiant qui dort en route et semble plus dans le besoin. ça fait bien plus mal encore. Il y a également un passage dans la
bible (m'en souviens pas) qui dit de donner d'abord aux frères...Hum...Bref. Bel article et je t'encourage dans la voie du donner, la bible effectivement ne ment pas à cet endroit, il y a plus de
bonheur à donner qu'à recevoir. Ce que l'on reçoit c'est aussi la joie, le bonheur, le sourire, la reconnaissance dans le regard de l'autre, le plaisir d'avoir donner ou redonner espoir à autrui
qui qu'il soit :un ami, un mendiant, un voleur...etc



mebene 29/11/2010 13:03



autre article sur le sujet


 


http://mebene.over-blog.com/article-charite-au-regard-des-enseignements-christiques-45244060.html



mebene 29/11/2010 13:02



quand tu dis


"J'espère que tout se déroule bien pour vous. Et si ce n'est pas le cas, j'espère que ça ira mieux demain."


tu es vraiment sincère?



Waddle 29/11/2010 13:49



Oui. Pourquoi? Ca semble étonnant?



Peacemaker 29/11/2010 12:39



Bien aimé(e)s bonjour,


Ce article nous rappelles certains principes de vie élémentaires que tout être humain devrait développer. Chaque individu doit trouver du plaisir à donner et surtout aux nécessiteux.


Par ailleurs, ceux à qui on doit donner  nous font croire qu'ils sont dans le besoin alors qu'en réalité c'est pas le cas. Il y en a qui disposent de tous les sens, de toutes les facultes
pour se trouver de quoi manger par exemple mais ne veulent fournir aucun effort. Il y en a même qui sont champion dans l'art de la dissimulation et de la diversion, ils sont bien nantis et
donnent l'impression d'être plus nécessiteux que tout.


Donner à tout temps et sans jamais rien attendre c'est très bien, mais la nature égoïste de l'homme pousse les uns et les autres à se poser trop de questions et aussi à developper, même de
manière inconsciente, des attitudes qui vont à l'encontre des prescriptions de Jesus.